Le Crédit coopératif au soutien des athlètes pour les Jeux paralympiques de Paris 2024

A l’occasion d’une réunion thématique à Avignon, la banque a réaffirmé sa volonté d’aider les athlètes sélectionnables pour les Jeux Paralympiques qui se tiendront à Paris dans 3 ans à atteindre leurs objectifs sportifs.

Depuis 2015, le Crédit coopératif organise régulièrement des réunions régionales thématiques qui rassemblent sociétaires, direction et personnel local. La dernière en date s’est tenue au Palais des papes, d’Avignon, sur le thème « Sport et handicap, une leçon pour tous ». Dans une salle Benoît XII quasiment comble, Stéphane Salord, président des sociétaires de la région sud du Groupe, a salué l’intervention de Tony Estanguet, président du Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, qui a rappelé que « le sport adapté et non adapté relèvent de la même performance ».

« Seulement 6 à 7% de personnes en situation d’un handicap pratiquent un sport »

Roland Davau, président du comité handisport de Vaucluse et président de la MDPH, a pour sa part pris le temps d’expliquer la différence entre handisport, qui concerne des personnes atteintes de handicaps physiques, et sport adapté, pour des personnes qui connaissent des déficiences mentales. « Les chiffres montrent que seulement 6 à 7% de personnes en situation d’un handicap pratiquent un sport, contre 23% environ pour le monde ordinaire, a-t-il souligné Or, toutes les fédérations peuvent proposer des solutions. Il existe encore trop d’autocensure à la pratique. Les retransmissions des épreuves paralympiques par France Télévision ont apporté une visibilité au handisport et au sport adapté, suscitant ainsi de nouvelles vocations sportives ». Et de rappeler « que miser sur le handisport et le sport adapté sert l’ensemble de la société à travers les Nations qui gagnent le plus de médailles, comme le Canada, la Nouvelle Zélande, les pays nordiques et les Pays-Bas »

Hervé Liberman, du CRESS PACA, a souligné le retard de la France dans ce domaine et l’importance du travail que les fédérations doivent mener pour proposer une classification des disciplines selon les conséquences du handicap sur la performance, afin que chacun trouve une épreuve correspondant à ses capacités.Stéphane Salord a indiqué que 76% des français souffriraient d’une certaine forme de handicap.

Le témoignage d’un médaillé paralympique à Tokyo

Lors de la deuxième table ronde, Lucas Créange, médaillé de bronze aux Jeux paralympiques de Tokyo en tennis de table adapté, a témoigné de son parcours et de sa passion pour son sport. Licencié à Reims, Lucas fait partie des sportifs de haut niveau accompagnés financièrement par le Crédit Coopératif. Membre du pôle France de tennis de table au Creps de Poitiers, il partage donc sa vie entre les tables de Reims, de Poitiers – où se situe le pôle France de sport adapté – et de Metz, où il se rend régulièrement. Cette réunion a été l’occasion pour lui de réaffirmer son ambition pour Paris 2024.

Quant à Christian Martinez, délégué général Méditerranée du Crédit coopératif, il a rappelé que la vocation de cette banque créée il y a 127 ans était « d’œuvrer en faveur de l’économie sociale et solidaire. Si historiquement, ses clients sont des personnes morales, a-t-il ajouté, elle s’est ouverte au fil des ans au grand public. Elle a été pionnière dans les dons à partir de produits et, à ce titre, a pu verser en 2020, 2,6 millions d’euros à des associations. Le message sociétal est donc accompagné d’initiatives concrètes ».

Ainsi, comme l’a souligné Stéphane Salord, « le Crédit coopératif, c’est la finance au service des causes inclusives ». C’est aussi une banque qui affiche une ambition écologique, à l’instar des Jeux de Paris 2024, ainsi que l’a indiqué Vincent Menon, directeur financier du Groupe coopératif.

Au sujet de Herve Vaudoit

Voir également

OM : Gerson, le Joker attendu

Immersion à Rio de Janeiro ! SportMed TV s’est rendu sur les terres de Gerson, …