©LesBigBoss

Les Big Boss se rhabillent pour l’hiver

Alexandre Nobécourt, directeur général adjoint de lesBigBoss, prépare une nouvelle « Winter édition » pour faciliter les relations d’affaires. Le millésime 2021 aura lieu du 10 au 12 décembre au Club Med Arcs Panorama, en Savoie. Ce qui ne l’empêche pas de lorgner vers le sud. 

Pouvez-vous expliquer ce qu’est lesBigBoss ?

LesBigBoss est une société qui existe depuis 2011, experte et spécialisée dans la mise en relation d’affaires entre porteurs de projets et prestataires innovants. Nous nous considérons comme un animateur et un accélérateur d’écosystèmes business avec une promesse qui est l’ultra qualification. Nous nous adressons à des niveaux de décideurs très spécifiques, principalement dans l’univers du digital, marketing, du e-commerce, de la communication et de la data. Sont éligibles pour participer à nos événements un certain type de décisionnaires, que nous appelons « les big boss ». Ces derniers ont un certain niveau d’engagement de budget sur des projets, ils en sont les commanditaires.

Quelles sont les cibles types que vous visez ?

Nous nous adressons plutôt aux grandes entreprises ou à des success story à la française type « Le Slip Français ». Nous avons un système de sourcing très pointu au niveau de la détection, de l’identification des projets, du budget des décideurs pour pouvoir les faire matcher avec les solutions proposées par les prestataires au travers d’un système d’algorithme qui donne le « perfect match ». Cela donne le planning de rendez-vous le plus affinitaire possible. Le socle de nos événements est la mise en place de dix speed dating de sept minutes sur deux sessions.

Un événement Big Boss est une expérience unique de business et de fun en somme ?

L’expérience, c’est aussi de pouvoir développer son réseau, vivre un moment de networking en placement humain au cœur du dispositif. C’est donc une expérience avec un esprit, de la convivialité. Nous sommes animateurs de communauté b to b dans l’univers élargi du digital. La Winter édition est l’un de nos deux gros événements annuels puisque nous avons aussi la Summer édition en juin.

Pourriez-vous vous définir en quelques mots ?

Trois mots-clés pour nous définir : business, networking et contenus. Lors de la Winter édition, nous aurons des ateliers clients qui vont revenir sur des cas concrets de problématiques solutionnées par des décideurs avec un prestataire. Nous aurons aussi une conférence avec une thématique à l’honneur et trente membres du jury avec la présidence de Emmanuel Puga Pereira, chief digital officer du groupe BPCE et une cérémonie d’awards qui se déroulera le samedi 11 décembre au soir.

En neuf ans, le nombre d’adhérents a fortement progressé. Comment expliquez-vous un tel engouement autour de votre projet ?

Nous fédèrons un écosystème d’à peu près 7000 décideurs et de 600 à 650 prestataires. La réponse est assez simple : notre promesse et l’expérience que nous proposons au sein des Big boss. En d’autres termes, nous sommes un accélérateur permettant un gain de temps très important pour les décideurs qui n’ont plus le loisir de recevoir des prestataires en entretien. En une demi-journée, nous leur permettons de faire une veille du marché sur les nouvelles solutions, les fournisseurs. Tout cela leur prendrait au minimum 6 mois ç Côté prestataires, nous sommes un accélérateur de prospection.

Si nos communautés évoluent, c’est qu’il y a beaucoup de prestataires qui signent suite à leur participation à nos événements. Nous avons une recette et une équation qui fonctionnent bien et qui sont uniques. L’autre point, este l’expérience humaine puisqu’au sein des communautés Big boss, il y a un véritable état d’esprit. C’est vrai que sur l’univers du digital, le tutoiement est plutôt de rigueur. Nous sommes dans un état d’esprit convivial, dans des lieux qui inspirent à la déconnexion et propices aux rencontres et aux échanges. On parle de business, mais avec une forte dimension relationnelle qui place l’humain au cœur du dispositif business.

Le Winter Edition 2021 aura lieu du 10 au 12 décembre au Club Med Arcs Panorama en Savoie. L’idée de se retrouver dans un temps long et à un lieu agréable est-il propice à des rencontres fructueuses ?

Complètement ! Il y a de multiples opportunités d’échanger. Nous organisons des cocktails, des dîners de gala, des sessions de team-building, mis en place par groupe affinitaire en fonction du sujet, du projet, des solutions… Tout se passe dans un cadre plutôt sympathique et décontracté qui permet de totalement libérer les échanges.

Après la période Covid que nous avons traversée, quel état des lieux faites-vous du marché ? L’heure de la reprise a-t-elle sonné ?

Nous avons eu une très grosse accélération. L’avantage de notre système est que nous avons su rester agiles. Au moment du premier confinement, nous avons vite identifié les bons partenaires avec qui s’associer pour digitaliser nos événements. Nous avons organisé plus d’une dizaine de moments en distanciel via la plateforme « Vimeet » qui nous permet de reproduire l’expérience des One to One. Après, rien ne remplacera l’humain. Avec le pass sanitaire, l’augmentation de la couverture vaccinale, et la levée des restrictions gouvernementales, nous avons pu redémarrer depuis début septembre une programmation en présentiel. Là, nous avons déjà produit douze évènements. Pour nous, la dynamique est très forte, qu’elle soit économique ou qu’elle soit en termes de motivation. Nos communautés sont très demandeuses de revenir.

Le phénomène Big Boss a pris une réelle ampleur au regard du nombre de participants.

Pour la première fois, nous allons privatiser intégralement deux Club Med et un TGV avec deux rames entières. Ça traduit bien le fait que les gens sont présents et au rendez-vous. Ils veulent que ça reparte et sont actifs. Il y a un regain et une relance économique que nous ressentons. Après, comme tout organisateur d’évènements, nous avons une vraie responsabilité donc nous appliquons une charte sanitaire très stricte avec le pass sanitaire contrôlé avant de pouvoir accéder aux événements.

De nombreuses entreprises adhérentes proviennent du sud de la France. Le marché régional est-il important pour vous ? 

Pour nous, tous les viviers sont intéressants. Cette année, nous avons eu envie de mettre un coup de projecteur sur les start-up pour accélérer leur développement. Elles peuvent participer, sous certaines conditions, à un concours de pitch en vidéo envoyé aux membres du jury pour élire le coup de cœur de la start-up de l’année qui recevra un « Big boss award ». Nous nous intéressons à tous les territoires d’innovation et de technologie avec des bassins, ce qui est le cas d’une bonne partie du sud de la France.

Vous avez organisé un événement dans le sud de la France. Souhaitez-vous réitérer l’expérience ?

Effectivement, nous sommes déjà venus Marseille pour une verticale sur le secteur du tourisme et du loisir. À terme, nous envisageons de déclencher une démarche RSE dans la production de nos événements. L’impact carbone de nos Summer éditions, qui se passent habituellement à l’étranger dans le bassin méditerranéen, est beaucoup plus important car nous privatisons deux avions. Nous pensons à nous installer dans le sud de la France pour faire des trajets en train. Nous verrons aussi en fonction des territoires et des partenaires qui pourront nous donner les meilleures conditions. C’est quelque chose en cours de réflexion.

Célestin Barraud

Au sujet de Célestin BARRAUD

Voir également

La forêt, un espace qui se gère sur le temps long

L’Association syndicale libre de Siguret regroupe des propriétaires forestiers de Baratier et de Saint-Sauveur, dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *