©CelestinBarraud

Les entreprises de la région se mobilisent pour les JO 2024

La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Aix-Marseille Provence (CCIAMP) vient de donner le top départ de l’organisation des JO 2024 à Marseille. L’accent a été mis sur la mobilisation du monde économique local pour préparer au mieux ces Jeux Olympiques et Paralympiques, dont toutes les épreuves de voile et une grande partie des épreuves de football se dérouleront dans la cité phocéenne.

« Notre territoire fera partie du club fermé des villes olympiques. Il est impératif qu’il en retire toute la quintessence », insiste Jean-Luc Chauvin, président de la CCIAMP. L’ambition est de faire rayonner l’ensemble du territoire de la Région Sud avant, pendant et après les compétitions. Avec quatre milliards de personnes devant leur écran aux quatre coins de la planète durant les épreuves, Marseille et l’ensemble de la région bénéficieront d’un moment de visibilité unique dont chacun doit pouvoir tirer profit. Pour cela, l’idée de se « fédérer » est revenue en boucle.

Comme pour éviter de passer à côté de cet événement et de regretter de ne pas avoir mieux agi en amont. C’est dans cette optique qu’une réunion s’est tenue à l’initiative de la CCIAMP, afin que les chefs d’entreprises et les élus de la région se coordonnent dans la mise en place d’actions concrètes qui permettront de capitaliser sur cet événement, le premier au monde en termes d’audience. « Laisser un héritage » après ces jeux, c’est la volonté du comité d’organisation depuis l’origine. C’est aussi le désir d’Éric Semerdjian, conseiller municipal de Marseille délégué à l’innovation sociale et de la co-construction de l’action publique.

Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Aix Marseille Provence

Une opportunité économique et une visibilité internationale

Les acteurs économiques de la région portent un intérêt singulier à ces deux semaines si particulières. Pour la beauté du spectacle, bien sûr, mais aussi pour les retombées générées par un tel moment. Isabelle Campagnola, présidente de la commission Entreprises et ESS de la région PACA, parle d’ « enjeu collectif » et détaille l’apport financier des JOP. À terme, cela rapportera 10,7 milliards d’euros. Un montant considérable dont tous veulent profiter.

Jean-Daniel Beurnier, vice-président de la commission Région du Sport, tient à souligner que cette manne financière peut être formidablement avantageuse, car le sport est une « filière transversale ». De fait, le tourisme, la restauration ou encore l’industrie, pourront bénéficier des effets des JOP. Sur les trois ans à venir, cent cinquante mille emplois vont être concernés par cet événement. Il chiffre également l’influence du sport dans la région. Actuellement, ce domaine produit vingt-sept mille emplois et correspond à un chiffre d’affaires annuel de 3,8 milliards d’euros.

Du football et de la voile prévus à Marseille

Cédric Dufoix, président des sites de Marseille, est venu présenter l’organisation des Jeux dans la cité phocéenne. Elle recevra plusieurs matches de football à l’Orange Vélodrome, et la Marina fera office de port d’attache pour les épreuves de voile. 7 000 m² de bâti sortiront de terre, avec la réorganisation de 17 000 m² d’espaces extérieurs ainsi qu’un réaménagement du bassin. Pour cela, 43 millions d’euros seront investis. Pour l’ensemble de l’événement, le financement se fera en grande partie grâce aux partenaires et, dans une moindre mesure, par l’État. 

Par ailleurs, les actions plus concrètes ont été exposées. Hervé Liberman est le président du fonds de dotation « Héritage Sport » dans la Région Sud. Les entreprises ont la possibilité de choisir entre un don « supporter » fixe, qui rapportera 100 000 € par an au sportif, et un don variable, selon la couleur de la médaille gagnée : 30 000 € pour le bronze, 60 000 € pour l’agent et 100 000 € pour l’or. Ces dons sont défiscalisables à hauteur de 60%. Quatre entreprises ont fait les démarches. 

Pour une adhésion de l’ensemble des acteurs économiques

De leur côté, Raymond Vidil, président de l’association MP Culture, et Jean-François Chougnet, président du MuCEM, ont lancé leur projet d’olympiade culturelle sur plusieurs villes de la région, dans le droit fil de ce que proposait Pierre de Coubertin. Ils veulent mettre en avant la culture pendant les trois prochaines années, jusqu’à l’apothéose au moment des JOP. Le budget est estimé à 5 millions d’euros. L’idée est de proposer de nombreuses manifestations artistiques accessibles au public, pour cheminer de la plus belle des manières vers, très certainement, l’événement du siècle.

Dans leur discours, les deux responsables ont également insisté sur leur volonté de faire participer au maximum les entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) dans l’organisation de ces JO, afin de susciter de nouveaux emplois que pourront occuper des jeunes de Provence-Alpes-Côte d’Azur et d’ailleurs.

Cédric Dufoix, comité d’organisation des JO et Paralympiques de 2024

Célestin Barraud, interviews Bruno Angélica

Au sujet de Célestin BARRAUD

Voir également

French Tech Rise : les cinq start-up de la Côte d’Azur ont été choisies

Le 6 décembre, cinq start-ups de la French Tech Côte d’Azur tenteront leur chance lors …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *