La fondation Engie appuie ses engagements d’avenir sur les femmes

A l’occasion du Forum mondial de la nature qui vient de s’achever à Marseille, la fondation d’entreprise de l’énergéticien a réitéré ses grands engagements en faveur de la biodiversité, de l’environnement, de l’accès de tous à une énergie renouvelable et l’accès de tous à la culture. Et compte sur les femmes-leaders pour les mener à bien

Organisé tous les quatre ans, le congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est un lieu incontournable pour parler de biodiversité. Du 3 au 11 septembre, les experts de la protection de la nature, les citoyens et les entreprises, qui inscrivent au quotidien la planète au cœur de leurs priorités, se sont donc donné rendez-vous à Marseille. Pour la fondation Engie, il était inconcevable de ne pas être présent à cet événement.

Depuis sa création en 1992, la fondation Engie a accompagné plus de 1000 projets, associations ou institutions. Ces dernières années, elle a choisi de placer les nouveaux enjeux que sont l’accès à l’énergie pour tous et la lutte en faveur de la biodiversité parmi ses priorités. Pour son président, Jean-Pierre Clamadieu, ce déplacement marseillais était le moment idoine pour souligner « l’intérêt que porte le groupe à aider les projets qui répondent aux besoins environnementaux et sociaux, avec des thématiques primordiales comme la culture pour tous, l’égalité homme-femme et bien sûr la biodiversité. » Au cœur de la cité phocéenne, la fondation a donc réuni ses partenaires, mené des actions et conclu de nouveaux partenariats.

Des femmes engagées pour la planète

Les temps forts se sont enchainés, à commencer par une halte au MuCEM, dont la fondation est mécène fondateur et mène avec l’artiste belge Charles Kaisin une action artistique et solidaire : « origamis for life ». Avec le MUCEM et son autre partenaire – le muséum d’histoire naturelle – c’est un débat qui y était organisé sur le thème : « Femmes et engagements pour la biodiversité ».

« Nous avons souhaité mettre en avant un certain nombre de leaders féminins, qui se caractérisaient par un très fort engagement autour de la problématique de préservation des océans, a expliqué Jean-Pierre Clamadieu, avouant que  leur enthousiasme m’a frappé et elles mettent leur énergie au service d’enjeux et de projets dans lesquels nous nous retrouvons. Nous sommes heureux de les accompagner, de les mettre en valeur », a-t-il souligné. 

Origami for life, une exposition
Les arbres d’Origamis For Life, au coeur du MUCEM

Engie et RespectOcean, un travail commun pour la préservation des océans

Parmi ces femmes leaders, la navigatrice et scientifique Raphaëla Le Gouvello, fondatrice de RespectOcean, une association qui regroupe 70 acteurs et entreprises engagés pour un développement économique durable en faveur de la protection et la préservation de l’océan, des littoraux et de leurs écosystèmes. Pour la fondation Engie, il était question de s’inscrire dans cette initiative et notamment le nouveau programme « Biodiversité marine et économie », en lien avec les objectifs du développement durable des Nations-Unies, dans le cadre de « Partenaire engagé pour la Nature ». 

« La protection de la biodiversité est au centre de nos grands engagements, a insisté Jean-Pierre Clamadieu, rappelant que ce type d’initiative collective fédère des acteurs engagés au cœur des territoires, venus d’horizons différents, pour à la fois être dans une action de plaidoyer et une action concrète pour faire avancer les choses. RespectOcean correspond à notre philosophie».

Le programme, structuré autour d’un club d’entreprises et de groupes de travail, permettra de développer des outils et retours d’expérience qui aideront les acteurs économiques à appréhender l’impact de leurs activités, à valoriser leurs solutions et à porter leur voix collectivement dans des instances décisionnelles.

Autre initiative, cette fois-ci ciblée sur la mobilisation des femmes et la sensibilisation des scolaires : Earthship sisters créée par Deborah Pardo, scientifique et actrice engagée. L’objectif : toucher cette année 1500  enfants et accompagner une vingtaine de femmes dans leurs projets.

Les femmes engagées misent à l’honneur par la Fondation Engie

Destination MuCEM, une convention pour favoriser l’accès à la culture

C’est donc dans l’enceinte du MuCEM que ces échanges constructifs ont permis de mieux appréhender ces nombreuses problématiques environnementales. Un lieu privilégié puisque, le matin même, le musée et la fondation avaient paraphé la convention « Destination MuCEM ». Son objectif : favoriser l’accès à des publics aujourd’hui loin de la culture, particulièrement ceux de certains quartiers marseillais.

« D’une manière très concrète, nous avons œuvré pour la mise en place d’une ligne de bus permettant à ces jeunes d’accéder à un musée. Souvent, on constate une réserve chez certains, qui pensent que la culture n’est pas pour eux. Ici, ils peuvent trouver des références, des choses qui raisonnent, des éléments qui les aident à se développer », a détaillé le président de la Fondation. 

La journée s’est achevée avec la remise des prix Recherche Fondation ENGIE Musée de l’Homme qui a distingué 3 équipes de chercheurs sur la question du changement climatique.

Culture, accès à l’énergie pour tous, biodiversité… La fondation Engie est investie dans de nombreuses batailles, qu’elle mène le plus souvent dans la plus grande discrétion. Le Forum mondial de l’UICN a été l’occasion de la mettre en lumière le temps de cette manifestation.

Greg Mandel

Au sujet de Killian Blisson

Voir également

La Provence mise officiellement en vente

La mise sur le marché des 89% d’actions du groupe de presse marseillais que détenait …