A Nice, la League of Legends bat des records d’audience

Entre 150 000 et 200 000 gamers se sont connectés lors des deux soirées consécutives organisées par la Ligue Française de League of Legends (LFP) à l'Acropolis de Nice, où près de 5000 spectateurs ont assisté à l'événement. Retransmises sur "OTP", la chaîne Twitch préférée des fans de League of Legends, ces deux soirées témoignent de l'engouement croissant pour les équipes et champions de eSport. un phénomène décrypté par Bertrand Amar, responsable des activités eSport du groupe Webedia, organisateur du championnat de France de LFL.

économie

Si 2021 a déjà été la saison de tous les records pour le championnat de France de la League of Legends, avec plus de 45 millions de vues cumulées sur l’année et une audience multipliée par trois par rapport à 2020, le millésime 2022 devrait permettre de franchir un pallier supplémentaire. En témoigne l’étape du championnat de France de League of Legends, le jeu vidéo le plus populaire du eSport, organisée à l’Acropolis de Nice les 2 et 3 février. Un événement qui a battu tous les records d’audience, avec au programme de chaque soirée deux journées de championnat et cinq matches qui mettaient aux prises les 50 joueurs des 10 équipes « élite » du championnat de France, tous galvanisés par les commentateurs vedettes de la chaîne Twitch OTP, qui diffuse la LFL depuis son lancement.

La LFL est la Ligue 1 en football, le haut niveau professionnel

Sur le plan sportif, l’équipe de Karmine Corp a remporté deux succès en deux jours pour s’emparer de la place de leader, devant la formation Vitality Bee. « Après deux ans, nous avons pu bénéficier de moins de contraintes sanitaires en termes d’organisation et d’accueil », se réjouit Bertrand Amar, qui dirige les activités eSport du groupe Webedia, leader de l’eSport en France et organisateur du championnat de France. « Nous avons le même rôle que la Ligue de Football Professionnel, la LFP, pour le championnat de football professionnel, explique-t-il, soulignant que le eSport est en train de devenir le nouveau sport préféré des jeunes qui suivent les compétitions de jeux vidéo. La LFL peut se comparer à la Ligue 1 en football, c’est le haut niveau professionnel. Le championnat de France officiel de LFL est considéré comme le jeu de eSport de référence. Chaque jeu est une discipline dans le eSport et certains sont plus populaires que d’autres. Depuis dix ans, insiste-t-il,  la League of Legends est le plus connu et attire le plus. »

La Métropole Nice-Côte d’Azur et la Région Sud étaient associées pour l’organisation de l’événement

Selon Bertrand Amar, le jeu a attiré ces dernières années des « des communautés très engagées et actives sur les réseaux sociaux », drainant vers le eSport de grandes marques partenaires et des  collectivités comme la Métropole Nice-Côte d’Azur ou la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui se sont associées pour recevoir l’événement. « Webedia organise le championnat de France, accueille les plus grandes équipes, fixe les règles de la compétition et le calendrier depuis la création de ce championnat il y a 4 ans, précise Bertrand Amar, ravi de voir un championnat qui ne cesse de se développer, avec des audiences qui doublent chaque année. » Selon lui, « le eSport est aujourd’hui un véritable secteur économique qui attire plusieurs métiers : les joueurs professionnels, mais aussi l’encadrement des teams, comparable à celui des équipes des plus grands sports professionnels, c’est-à-dire des coaches, des nutritionnistes, des préparateurs mentaux, des analystes, des responsables marketing, communication… sans compter les entreprises qui, à l’image de la nôtre, organisent, diffusent et prennent en charge le championnat et la production audiovisuelle. »

Le eSport est pour sa part diffusé gratuitement sur internet

Uns structuration qui permet à la France d’être « en avance » dans le domaine du eSport, au point d’être « observée dans le monde entier comme un pays extrêmement dynamique dans le secteur », assure Bertrand amar.

En 2003, la première Coupe du monde des clubs des clubs de jeux vidéo avait d’ailleurs été organisée en France. Depuis, le pays a conservé cet avantage, puisque la LFL « est à la fois la plus suivie et la plus qualitative sur le plan européen », selon le patron de Webedia. A l’heure où le jeune public a de plus en plus de mal à suivre les 90 minutes d’un match de football sans décrocher, le eSport, par son côté interactif, fait toujours plus d’émules, notamment grâce aux interactions permises avec les compétiteurs via la plateforme Twitch. « L’éclatement des droits télés et le fait qu’il est nécessaire d’être abonné à plusieurs bouquets de chaînes pour suivre le championnat et les grandes compétitions de football, expliquent le désintérêt des plus jeunes pour le ballon rond » analyse Bertrand Amar, soulignant qu’a contrario, « le eSport est diffusé gratuitement sur internet dans d’émissions pendant lesquelles les gens peuvent échanger, créer des communautés actives en direct, alors que regarder le football ou d’autres  sports vous rendent plus passif. Suivre le eSport permet d’être connecté à des joueurs pro très présents sur les réseaux sociaux. Cela donne au public une plus grande proximité avec les champions, les teams, les compétitions. Dans le foot, en revanche, les champions ont une image très lointaine, intouchable. » La proximité virtuelle, c’est forcément plus attirant que pas de proximité du tout.

Bruno Angelica

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.