Ces machines qui rendent l’agriculture plus vertueuse

Longtemps conçues dans le but d’améliorer la productivité, les machines et technologies agricoles aident aujourd’hui les exploitants à travailler dans le respect de l’environnement, avec en ligne de mire la préservation des sols et la lutte contre le réchauffement climatique.

économie

L’interdiction progressive d’un certain nombre de produits phytosa­nitaires, le durcissement de la règlementation et l’évolution des attentes sociétales ont obligé les agriculteurs à modifier leur manière de travailler. Afin de réduire l’usage de produits comme les herbi­cides, les constructeurs de matériel agricole ont eux-aussi dû s’adapter et concevoir de nouveaux outils plus en phase avec les attentes du moment.

D’autant que depuis plusieurs années, des études ont renforcé l’idée que les sols n’étaient pas juste un sup­port du vivant, mais un écosystème à part entière, riche d’une biodiversité qu’il est indispensable de préserver. Il a également été démontré que le recours au labour profond et le bouleversement des horizons pouvait menacer cette biodiversité.

Un levier de forte réduction des dépenses

Cette prise de conscience a été le terreau du développement des techniques culturales simplifiées qui permettent de protéger les sols, mais aussi d’économiser de l’énergie. L’emploi de ces techniques permet de limiter l’érosion et de préserver l’acti­vité biologique des sols, mais aussi d’économiser du carburant.

L’Agence de l’environnement et de la maî­trise de l’énergie (Ademe), qui a réa­lisé il y a quelques années une étude sur la question, a identifié les techniques culturales simplifiées (TCS) comme un levier de réduc­tion des dépenses énergétiques directes dans les exploitations agri­coles, tout en contribuant à l’amélioration de la qualité des sols.

L’abandon du labour est souvent complété par l’introduc­tion de cultures intermédiaires dans les rotations et de couverts végétaux, afin de maîtriser les adventices et d’augmenter la quantité de carbone organique stocké dans les sols.

Les TCS peuvent être menées selon plusieurs méthodes de travail du sol qui requièrent un savoir-faire par­ticulier et du matériel adapté, comme le pseudo labour ou le semis direct.

Des alliés du quotidien

Pour mettre en pratique ces tech­niques, il a fallu que les concepteurs de machines agricoles s’adaptent et que de nouveaux outils fassent leur apparition. Ces avancées tech­nologiques ont été complétées par le développement d’une agriculture de précision et l’apparition de l’informatique embar­quée.

Grâce à des capteurs, des drones ou des images satellites, ces outils connectés aident les agricul­teurs à prendre des décisions pour leurs cultures, à accroître leurs ren­dements tout en limitant la consommation des ressources et des intrants. En plus de réduire l’empreinte éco­logique des exploitations, l’agricul­ture de précision permet ainsi de rationa­liser les coûts de production.

Robotique, intelligence artificielles et objets connectés deviennent les alliés du quotidien des agriculteurs, en leur fournissant de précieuses informations sur leurs cultures, aussi bien au niveau de la crois­sance que des rendements. Ils per­mettent une amélioration des per­formances économiques et énergétiques des exploitations, même si les matériels représentent un investissement conséquent.

La réduction des produits phyto­sanitaires est un des éléments de cette amélioration globale : en dispensant la bonne dose au bon endroit de manière presque chirurgicale, on économise en effet des sommes importantes. De même quand on pilote l’irrigation de façon très fine, on préserve la res­source en eau et on dépense moins.

Optimiser les interventions

Dans le registre des outils connec­tés, on citera ainsi les stations météo connectées, les capteurs et les sondes pour la qualité des sols, les images satellites pour ausculter l’état des cultures… Des données qui peuvent ensuite être échangées pour optimiser les interventions dans les cultures.

L’utilisation de tels outils permet également une meilleure traçabi­lité et un suivi très fin des traitements, notamment en cas de contrôles, mais aussi pour l’histo­rique de l’exploitation. Elle répond aussi à la recherche de transpa­rence des consommateurs en facili­tant la communication et l’échange d’informations sur les pratiques culturales avec des don­nées précises.

L’Espace Alpin

L’Espace Alpin est le journal agricole et rural des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes. Ce journal bimensuel est disponible sur abonnement sur lespace-alpin

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.