Cannes se convertit au maraîchage bio

Une école de maraîchage tournée vers la production biologique et la permaculture a ouvert ses portes cette année à Cannes. Porté par la ville et l’agglomération de Cannes-Lérins, ce projet est destiné à alimenter les cantines en produits frais locaux et à renforcer la vocation agricole et de loisirs de la basse vallée de la Siagne.

économie

Construite sur un terrain municipal mis à la disposition de la coopérative Les Petites Fermes d’Azur, l’Institut Moreau-Daverne a ouvert ses portes en septembre 2021. Voulue par la municipalité cannoise et l’agglomération de Cannes-Lérins, cette nouvelle école forme des élèves maraîchers aux techniques de l’agriculture biologique et de la permaculture, qui permet d’obtenir une production abondante et variée sur de petites surfaces, y compris  en milieu urbain et périurbain. Outre la formation des futurs maraîchers, l’un des objectif de ce projet est de développer une offre alimentaire professionnelle et compétitive afin de permettre, à terme, de subvenir aux besoins des cantines municipales et de la Faculté des Métiers avec des produits 100% bio et 100% locaux.

Un art de vivre dans la ville

Pour David Lisnard, maire (LR) de Cannes et président de l’agglomération Cannes-Lérins, il s’agit aussi de  « relancer à Cannes le savoir-faire français de la culture en petites surfaces, dite ‘’french method’’. Cette école (…) a pour vocation d’être le cœur de Cannes Agricole. C’est tout un art de vivre dans la ville que la mairie ambitionne ici et qui permet de répondre à de multiples enjeux économiques et sociétaux tels que le développement d’une filière agricole locale, la multiplication des circuits courts, la préservation du pouvoir d’achat, la protection de la biodiversité, le renforcement de la cohésion sociale ou encore la lutte contre la chaleur et l’artificialisation des sols. »

Optimiser au maximum une parcelle de seulement 1 000 m2

L’Institut Moreau-Daverne a été placé sous la tutelle de la coopérative « Les Petites Fermes d’Azur », fondée et présidée par Christian Carnavalet, ancien président d’Agribio 06, le groupement des agriculteurs biologiques des Alpes-Maritimes. Egalement connu pour être le créateur de la « French Method » pour une agriculture urbaine et périurbaine, il enseigne dans ce nouvel établissement ces techniques spécifiques qui permettent à des maraîchers, réunis en coopérative, de cultiver en agriculture biologique une parcelle de seulement 1 000 m2 chacun et de vivre dignement de leur travail. Techniquement, cette culture s’applique sur des « planches » de 1,30 m de large, avec une rotation des cultures et un sol enrichi avec du fumier et des déchets verts. Une façon d’optimiser l’espace qui n’a pas été pensé pour la seule beauté du geste, mais surtout pour permettre le maintien d’une activité agricole viable dans des zones où le foncier est aussi rare que cher.

Rapidement, une vingtaine d’élèves opèreront simultanément sur l’exploitation pour produire des légumes destinés au grand public, à la restauration commerciale et aux cantines municipales.

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partager vos commentaires.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *