La forêt, un espace qui se gère sur le temps long

économie

L’Association syndicale libre de Siguret regroupe des propriétaires forestiers de Baratier et de Saint-Sauveur, dans les Hautes-Alpes. Au XIXè siècle, leurs ancêtres avaient acheté ces terres au clergé et à M. Bonaventure pour en faire des alpages, avant que les arbres s’imposent. Classé « Forêt de Protection » après l’adoption de la loi Restauration des terrains en montagne (RTM), cet espace fournit aujourd’hui des bois de qualité à ses propriétaires. Une richesse du temps long valorisée en circuit ultra-court

Depuis 1991 et la création d’une desserte pour camions grumiers sur les parcelles de l’ASL de Siguret, des coupes sont régulièrement organisées et les bois mis en vente auprès des acteurs locaux de la filière. Cette gestion nécessaire au développement durable de la forêt et au maintien du pâturage en sous étage, est difficilement appréhendée par tous les propriétaires de l’ASL.

Un chantier bien préparé

Afin que les propriétaires tirent un juste profit des bois de leur forêt, le conseil syndical de l’ASL a décidé, avec l’appui de la chambre d’agriculture des Hautes-Alpes, de réaliser une opération de sciage en forêt. Il s’agissait de mettre à disposition un lot de bois de mélèze et de pin Cembro, scié aux dimensions voulues par chaque propriétaire. Charge à eux de venir ensuite le récupérer au cœur de la forêt. L’opération a un double intérêt : bénéficier d’un bois scié à faible coût mais, surtout, prendre conscience qu’une forêt bien gérée pendant plus de 30 ans produit des bois de qualité qu’ils peuvent revendre ou utiliser pour leur propres besoins. L’opération a été préparée dès le printemps dernier sous l’autorité du directeur de l’ASL, Henri Bellot, avec l’aide de la chambre d’agriculture.

Les arbres à couper ont été sélectionnés en fonction des volumes nécessaires en mélèze et pin cembro. Les tronçonneuses sont entrées en action fin septembre, de façon à éviter tout risque de bleuissement du bois de pin cembro. C’est la Sarl D’Incan, de Guillestre, qui a réalisé les travaux d’abattage, de façonnage et de stockage des grumes sur la place de sciage. Elle est située au cœur de la forêt, à 2000 m d’altitude, sur un replat. D’où la nécessité de boucler l’opération avant les premières neiges.

Cinq jours de travail

Tout au long de la semaine, les propriétaires sont venus récupérer leur lot de bois. Au total, ce sont 62 m3 de mélèze et de pin cembro qui ont été débité puis acheminés vers la vallée pour y être stockés avant leur mise en œuvre. Cinq jours ont été nécessaires pour venir à bout du chantier, avec un rendement excellent pour la scie mobile, qui a pu traiter plus de 12 m3 de bois par jour. Les rémanents ont également été récupérés et serviront de bois de chauffage.

Les meilleurs grumes de mélèzes permettront de construire des appentis, des terrasses ou des bardages de bâtiments. Une fois sec, le pin cembro sera le plus souvent utilisé pour réaliser des meubles et autre menuiseries. Certains propriétaires mettent eux-mêmes leur bois en oeuvre. D’autres le confient à des artisans locaux. « Posséder un meuble, une construction ou une partie de sa maison réalisée avec du bois issu de sa forêt, située sur les pentes de la vallée où l’on habite, c’est une fierté », assure l’un d’eux. Un circuit plus court, ça n’existe pas. 

Jean-Michel Rayne, CA 05 pour L’Espace Alpin

Pour tout renseignement :

Jean-Michel Rayne, chambre d’agriculture des Hautes-Alpes, Tél. : 06 71 07 71 37.

L’Espace Alpin est le journal agricole et rural des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes. Ce journal bimensuel est disponible sur abonnement sur lespace-alpin

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.