Le patronat tunisien réclame un accord de libre-échange entre la Tunisie et l’Algérie

L'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (Utica) milite pour la signature d'un accord de libre-échange et de libre circulation entre la Tunisie et l'Algérie.

économie

L’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) milite pour la signature d’un accord de libre-échange et de libre circulation entre la Tunisie et l’Algérie.

Dans un communiqué publié samedi 16 juillet 2022, le patronat tunisien souhaite la mise en place des « principes de liberté de circulation, de séjour, de travail, de propriété, pour les Algériens en Tunisie et les Tunisiens en Algérie« . Ceci irait de pair avec l’exonération de toutes taxes sur les produits des deux pays. Mais aussi « la libéralisation complète des monnaies des deux pays dans les transactions économiques et dans le tourisme, et ce, après un accord des institutions officielles concernées sur un taux de change unique« .

Les patrons tunisiens suggèrent également la création de zones de libre-échange dans les régions frontalières, notamment des « zones industrielles de pointe pour attirer des projets innovants directs et communs« . L’idée avait déjà été évoquée en 2016 par Mohsen Hassan, ministre du Commerce, sans qu’aucune suite ne soit donnée. Dans l’esprit du ministre du Commerce de l’époque, ces zones de libre-échange à la frontière tuniso-algérienne auraient permis de lutter contre la contrebande. En 2017, Wided Bouchamaoui, présidente de l’Utica, avait évoqué à nouveau cette possibilité, arguant qu’elles inciteraient à investir dans les régions frontalières.

L’Algérie et la Tunisie de plus en plus proches

L’Utica demande aux autorités des deux États voisins d' »encourager l’investissement commun et d’instaurer la liberté d’investissement dans les secteurs économiques« , ainsi que la facilitation de « l’accès au financement par les établissements financiers« .

Le 15 décembre 2021, l’Algérie et la Tunisie ont paraphé vingt-sept accords de coopération portant sur la justice, la sécurité, la communication et les médias, l’industrie, l’environnement, la culture, la santé, la jeunesse et le sport. S’inscrivant dans cette foulée, l’Utica voit dans le libre-échange et la libre circulation, une étape supplémentaire pour « booster la coopération dans tous les secteurs à valeur ajoutée, dont le secteur des énergies renouvelables et des technologies de communication, en plus d’accorder davantage au tourisme et aux prestations fournies aux citoyens des deux pays« .

Cette demande intervient alors que, le 5 juillet 2022, les présidents de ces deux pays, Kaïs Saïed et Abdelmadjid Tebboune, ont annoncé la réouverture des frontières terrestres tuniso-algériennes. Les barrières se sont levées le vendredi 15 juillet, après plus de deux ans de fermeture (mars 2020) à cause de la crise sanitaire engendrée par la Covid-19. Via un communiqué commun publié à l’occasion, les deux chefs d’État avait affirmé que l’Algérie et la Tunisie partageaient « la même histoire et la même volonté de bâtir un avenir solide basé sur les mêmes constantes et les principes communs« .

Eric Apim

Photo de une : Les présidents algériens et tunisiens se rapprochent depuis plusieurs mois avec notamment la signature de 27 accords de coopération en décembre 2021 ©Présidence algérienne

Econostrum

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.