Le Sud, première région maritime française

Pour mettre en avant les opportunités d’emploi et de formation du secteur maritime et fluvial, Pôle emploi organisait, du 21 au 25 mars, la 6ème édition de « la semaine de l’emploi maritime ».

économie

Pôle emploi et ses partenaires se sont mobilisés pour faire découvrir aux demandeurs d’emploi le potentiel du secteur maritime, en invitant les candidats à participer à des découvertes de métiers en atelier, sur les ports, à bord d’un bateau… mais aussi à des visites d’entreprises comme un chantier naval, une société de culture marine, des fermes aquacoles… etc.

Marseille et Toulon en chefs de file

Selon Cyrille Darche, expert régional du secteur, « les métiers du maritime, comme de nombreux métiers de l’industrie, souffrent d’un déficit d’image. L’enjeu majeur est de faire découvrir ce large éventail de métiers qui se modernisent, de les rendre attractifs, de proposer les formations qui y mènent et d’envisager la maritimisation des métiers ».

Car, avec ses 687 km de côtes, Provence-Alpes-Côte d’Azur se place comme la première région maritime française selon l’Insee, les zones d’emploi de Marseille et de Toulon représentant les deux tiers des emplois et de la richesse de cette économie.

« Le périmètre d’emplois maritimes et littoraux recouvre plus de 900 métiers répartis dans dix familles d’activités : hôtellerie-restauration, activités et loisirs littoraux, construction et maintenance navale, services portuaires et nautiques, transformation des produits de la mer, pêches et cultures marines, R&D et ingénierie maritime, personnel embarqué, défense et administrations maritimes, travaux en mer. Ces 10 familles d’activités se déclinent schématiquement en trois groupes : les activités maritimes en mer, les activités maritimes sur terre, et les services liés à la mer, avec d’une part des métiers « traditionnels » effectués en mer et sur terre, et d’autre part de nouveaux métiers liés à l’innovation et aux nouvelles technologies », explique François de Canson, vice-président de la Région, en charge de l’attractivité et du tourisme et président du Comité Régional de Tourisme (CRT).

Pour le développement de l’emploi maritime

Depuis quelques années, l’emploi maritime se développe grâce au tourisme littoral et autour de plusieurs pôles d’activités : travaux en mer, personnel embarqué, services portuaires et nautiques ou construction et maintenance navale…

Ainsi, la seule activité maritime représente près de 43 500 salariés au 31 décembre 2020, soit 3% de l’emploi salarié régional dans près de 3300 établissements. Les travaux en mer et le personnel embarqué font parties des familles de secteurs dominantes sur le littoral de la région.

« Côté embauche, plus de 22 000 recrutements ont été réalisés en 2021, en hausse de 49% par rapport à 2020, mais -9% par rapport à 2019, et sont portés par les travaux en mer, explique François de Canson, vice-président de la Région, en charge de l’attractivité et du tourisme, précisant que 98% des emplois salariés de la filière mer sont répartis sur les trois départements du littoral. Les Bouches-du-Rhône concentrent le plus d’emplois salariés sur les secteurs des travaux en mer, comme les Alpes-Maritimes, alors que le Var embauche principalement sur les secteurs de la construction et de la maintenance navale. »

Ce que l’on appelle « l’économie bleue » reste ainsi l’un des secteurs les plus porteurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans une région pourtant historiquement tournée vers la terre plutôt que vers la mer.

Presse Agence

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.