Les Nouveaux Entrepreneurs : O-Kidia s’attaque aux troubles du neurodéveloppement

mprovence et France Bleu Provence développent un partenariat pour mettre en lumière "Les nouveaux entrepreneurs", du sud, ceux qui innovent dans tous les secteurs d’activité. Coup de projecteur sur la start-up santé de Vanessa Douet-Vannucci. O-Kidia est la clinique digitale des troubles du neurodéveloppement, dédiée aux enfants et adolescents.

podcasts

O-Kidia en croisade contre les troubles DYS

En France, on estime que 6% à 8% des enfants, par classe d’âge, sont concernés par les troubles du neurodeveloppement, plus communément appelés les troubles DYS ou bien encore troubles spécifiques du langage et des apprentissages. Leur impact sur l’adaptation, à différents niveaux de la vie, a des conséquences sur le fonctionnement personnel, social, scolaire et plus tard, professionnel.

Depuis 2022, c’est à ce fléau que la jeune entreprise O-Kidia, basée à la fois à Nice et Gardanne, a décidé de s’attaquer. Ses armes : les nouvelles technologies combinées aux expertises cliniques, pour constituer des outils « augmentés » d’aide au diagnostic. L’objectif : favoriser une orientation thérapeutique plus pertinente.

Réduire de 80% l’échec scolaire

« Nous développons des applications à base d’intelligence artificielle qui permettent d’aider au diagnostic les enfants qui ont des troubles du neurodéveloppement et des troubles associés à la santé mentale. L’idée est de poser un diagnostic pour aider les patients et les praticiens de santé. Cette première étape est la base du traitement. Cette détection permet de réduire de 80% l’échec scolaire », explique Vanessa Douet-Vannucci.

Pour l’accompagner, O-Kidia peut compter sur le soutien de Rodney O’Connor, professeur de neurotechnologie à l’école des Mines. « Nous travaillons sur le fonctionnement de notre cerveau et recherchons les nouvelles sociétés capables de trouver des applications dans le secteur de la santé », développe-t-il.

Une collaboration logique et complémentaire

Un partenariat essentiel pour la start-up qui profite d’une expertise reconnue. « Nous sommes des experts de l’intelligence artificielle. En revanche, nous ne maitrisons pas le côté hardware. Plutôt que de réinventer la roue, nous avons préféré puiser l’innovation là où elle est. De plus, Nous bénéficions aussi de l’apport d’étudiant en test. C’est un partenariat gagnant/gagnant », conclut la CEO.

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partager vos commentaires.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.