Les Nouveaux Entrepreneurs : Southside Manon, des vêtements de créateurs en tissu upcyclé

mprovence et France Bleu Provence développent un partenariat pour mettre en lumière « Les Nouveaux Entrepreneurs », ceux qui innovent dans tous les secteurs d’activité. Découverte de la startup Southside Manon, créée en 2020 par Manon Bernard, qui réalise à partir de tissus recyclés des gammes de vêtements de créateurs, dans l’air du temps.

Economie

Agrandir votre garde-robe avec des vêtements de créateur, tout en respectant la planète, c’est le pari que s’est lancée Manon Bernard avec sa ligne Southside Manon. « J’ai habité en Californie et là-bas, vous pouvez pousser la porte d’un grand nombre de friperies. Les Américains adorent la seconde main », explique la jeune dirigeante.

Southside Manon propose des créations uniques

A peine rentrée en France, elle saute le pas et crée sa petite entreprise. Depuis, elle n’a pas arrêté de recycler et de transformer les vêtements pour leur donner une seconde vie. Chez Southside Manon, chaque pièce est unique, upcyclée et retravaillée en collaboration avec des artistes de la mode, soigneusement sélectionnés.

Avec sa start-up, la jeune fille ne fait pas uniquement du bien au look, elle prend également soin de la planète en consommant durablement. Dans le monde, la production de vêtements a plus que doublé ces 15 dernières années. Parallèlement, nous les gardons moitié moins longtemps.

Sur 517 000 tonnes de textiles mis en marché, en France en 2020, seules 39 % ont été collectées. Si 3,7 kg de textiles ont été collectés par personne en 2019, 7,7 kg ont été jetés dans la poubelle noire. Enfin, le taux de réutilisation ne cesse de baisser dans l’’Hexagone avec 64 % en 2014, contre 56,6 % en 2020.

Southside Manon
©SouthsideManon

Le mentorat, un plus pour le développement

C’est donc à cette problématique que la jeune femme compte bien s’attaquer. Pour cela, elle n’est pas seule, puisqu’elle est accompagnée par La Varappe et notamment Fabrice Greffet, son responsable relations publiques. « Le recyclage fait partie intégrante de La Varappe, à l’image de notre ressourcerie. Le hasard ne fait pas tout et nous regardons comment nous pouvons aider Manon », explique-t-il.

Cette aide, l’entrepreneure en a bien besoin, car il n’est pas évident de développer un projet quand on est seul à la barre de son navire, mais aussi à la manœuvre. « Je fais la confection, la communication ou encore le financier… Quand on est seule, tout est plus difficile », explique la startupeuse. Une idée partagée par le représentant de La Varappe : « Nous sommes ravis de pouvoir la soutenir. Tout ce qui économie sociale et solidaire ne se cantonne pas uniquement à l’humain, c’est aussi du savoir-être et du savoir-faire. »

Dans tous les cas, pour Manon, ce mentorat est un vrai plus : « C’est super de pouvoir échanger avec Fabrice. Il s’investit totalement et met à ma disposition son réseau. On se rend vite compte que l’on n’est rien quand on avance toute seule ».

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partager vos commentaires.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *