Pierre Bellon, une vie passée à entreprendre

Pierre Bellon nous à quitté lundi à l'âge de 92 ans . Avec cette annonce malheureuse, c'est toute la communauté des chefs d'entreprises marseillais qui perd sa figure tutélaire. Plus loin encore : l'ensemble de l'Hexagone !

économie

Ce Marseillais de naissance et de coeur avait créé Sodexo, tout seul dans un garage en 1966. A force de persévérance et de pugnacité, l’entreprise de restauration collective est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux de la restauration collective et fait rayonner la cité phocéenne dans 58 pays, avec 411 000 salariés, affichant un chiffre d’affaires supérieur à 12 milliard d’euros. Vous l’aurez aisément compris, l’aura de ce chef d’entreprise atypique, qui n’a pas hésité à intituler son livre de mémoire  » Je me suis bien amusé »… dépasse de très loin les limites de notre belle Provence.

Un membre influent du MEDEF

Très Impliqué dans les instances patronales, à la tête de la puissante fédération des entreprises de services, il était un membre influent du MEDEF. Emblématique, sa parole était écoutée et son avis souvent respecté. D’ailleurs, il est clair que Pierre Bellon a joué un rôle plus que non négligeable dans l élection de la première femme présidente des patrons français, Laurence Parisot, en 2006.

Infatigable travailleur, Pierre Bellon a toujours été un précurseur de l’égalité femme/homme puisqu’il a laissé les commandes de Sodexo, en 2016, à sa fille Sophie, après 50 ans de bons et loyaux services consacrés à developer son entreprise de coeur.

Un chef d’entreprise parti de rien

Il laissera une marque indélébile dans l’esprit des jeunes chefs d’entreprises, car il a aussi contribué au développement du centre des jeunes dirigeant et crée l’Association Pour le Management (APM). Un réseau reconnu aujourd’hui comme la meilleur formation permanente pour les entrepreneurs. Jovial, tout en rondeurs avec son allure de papy débonnaire, Pierre Bellon sait s’attirer les sympathies. Mais il ne fallait pas s’y fier, car ses colères étaient tout aussi redoutables, ses collaborateurs et sa famille pourraient aisément en témoigner. Demandez plutôt à la poignée de syndicalistes qui, en 201, avait tenté de perturber une assemblée générale des actionnaires. « Qu’ils aillent se faire voir », n’avait pas hésité à hurler le dirigeant courroucé, en répétant qu’il était parti « de rien en 1966 ».

Un amoureux de la petite balle jaune

Elevé au rang de commandeur de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, à la ville, ce passionné de tennis, père de quatre enfants et grand-père treize fois, ne ratait pas une occasion de venir admirer les artistes de la petite balle jaune dans les coursives de l’Open 13 et il était fréquent de croiser son sourire dans le village du Palais des Sports. Cette année, malheureusement, il ne sera pas présent et nombre de Marseillais auront une petite pensée pour lui au moment de la première balle de l’édition 2022. 

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.