Smartport challenge : réalité virtuelle et économie circulaire vedettes de la 3e édition

Après avoir planché tout l’été, les lauréats de la 3e édition du Smartport challenge ont présenté leurs solutions, leurs preuves de concept le 30 novembre dans le grand hall du palais de la Bourse. Au menu, un zeste d’innovation, une poignée de numérique, de l’inclusivité et de la transition énergétique…

économie

C’est maintenant que tout commence. Le 30 novembre 2021 s’est achevée la troisième édition du concours d’innovation SmartPort challenge. Un processus de plusieurs mois au terme duquel neuf start-up ont présenté leurs innovations en lien avec l’activité maritime et portuaire du port de Marseille-Fos. Sélectionnée dans deux catégories, Synchronicity, fondé il y a 18 mois à peine, créée des flux coopératifs au service des territoires durables.  

Le collectif s’est illustré avec un projet conduit aux côtés de Bee&Co pour répondre au défi lancé par Véolia voué à transformer les déchets alimentaires des armateurs et plaisanciers en énergie renouvelable, en compost et en eau chaude. « Le port de Marseille est fréquenté, hors période Covid, par 2 millions de croisiéristes ce qui représente 16 000 m3 de gisement de déchets », explique Maxime Ducoulombier, cofondateur de Synchronicity avec Vincent Gay. Des bio déchets acheminés et stockés dans une BioBeeBox, solution de stockage modulaire et conteneurisée développée par Bee&Co. Le déploiement opérationnel de la solution sur le port de commerce reste soumis à des ajustements financiers.

Immersion totale en RV 

Synchronicity qui prépare une levée de fonds pour 2022 a été retenue par CMA CGM pour produire du biométhane, un carburant issu de la collecte de déchets organiques (crottin, bouses, biomasse…) y compris le long de la vallée du Rhône. Un biométhane voué à abonder au GNL dans le cadre du contrat d’avitaillement passé avec TotalEnergies et qui devrait débuter courant décembre. Le challenge consistant à collecter les déchets, les transformer et acheminer le biométhane à bon port sachant que les porte-conteneurs du troisième armateur mondial sont gourmands. 

« Les besoins de CMA CGM à Fos représentent 3,3 térawatts soit l’équivalent de l’alimentation électrique d’une ville de 720 000 foyers », explique Farid Trad, directeur Énergie et marchés financiers chez CMA CGM. L’ambition de ce challenge consistant à décarbonner l’industrie maritime tout en démontrant que c’est viable économiquement avec un passage à l’échelle possible.

Vincent Gay et Maxime Ducoulombier, confondateurs du collectif Synchronicity. ©NBC

Thecamp, seul perdant de l’édition 2021

La réalité virtuelle a figuré en bonne place de cette troisième édition du Smartport challenge, comme outil au service de la culture, de l’histoire et de la formation. Edikon a travaillé durant de longues semaines, main dans la main avec la ville de Marseille, pour imaginer une solution innovante de découverte du patrimoine maritime auprès des habitants des quartiers nord. Plus de 500 visiteurs des centres commerciaux les Terrasses du Port et Grand Littoral ont foulé le pop-up store d’Edkion et plongé en immersion totale dans les fonds marin,s grâce à un casque de réalité virtuelle. 

Wixar utilise cette même technologie pour permettre aux jeunes de se familiariser de manière ludique à des métiers peu connus. L’entreprise, qui travaille pour l’AFPA et l’Hôpital Saint-Joseph, a répondu au défi lancé par l’Union Maritime et Fluviale de Marseille-Fos, dans le cadre d’une opération séduction auprès des jeunes. « Nous avons créé un « Vis ma vie » immersif pour montrer la réalité d’un métier sans grand discours », soulignent Mathieu Rivière et Benjamin Atlani. Les confondateurs de Wixar ont lancé Immerseav’Jobs pour répondre au défi de l’UMF, avec un focus sur le métier d’agent consignataire. En 2022, une vingtaine de métiers seront à portée de casque.

Au total, neuf start up ont été mises en lumière pour cette édition du Smart port challenge :  

  • Bee&Co
  • Edikom
  • Farwind Energy-Capsim
  • GuideMeCity
  • IneoSense
  • Synchronicity
  • Swan
  • Wixar

Seul perdant de cette édition, Thecamp, qui accompagnait les start-up depuis l’origine…

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.