Sonatrach, Occidental Petroleum, Eni et TotalEnergy vont forer ensemble 100 puits de pétrole à Berkine

L'Algérienne Sonatrach signe un contrat de type "partage production" avec l'Américaine Occidental Petroleum, l'Italienne Eni et la Française TotalEnergies.

économie

L’Algérienne Sonatrach a signé, à Alger mardi 19 juillet 2022, un contrat de type « partage production » avec l’Américaine Occidental Petroleum, l’Italienne Eni et la Française TotalEnergies. Il suit un protocole d’accord paraphé fin janvier 2021 par les quatre partenaires et porte sur le périmètre de Berkine (blocs 404 et 208).

Situé à 300 km au Sud-Est de Hassi Messaoud, dans la partie orientale du Sahara occidental et près de la frontière tunisienne, il est déjà exploité par ce groupement depuis un contrat d’association datant du 23 octobre 1989. Dans le cadre de ce dernier, plus de 10 mrds$ (9,77 mrds€) ont été investis pour une production cumulée de l’ordre de 2,7 milliards de barils équivalent pétrole.

« Les parties s’engagent à poursuivre le développement et l’exploitation de ce périmètre à travers un programme de travaux comprenant notamment: une acquisition sismique 3D haute densité, le forage de cent puits pétroliers, la reconversion de quarante-six puits (…) la mise en œuvre de deux projets pilotes EOR (NDLR: Récupération assistée du pétrole – Enhanced Oil Recovery) et la réalisation de projets environnementaux relatifs à la réduction de l’empreinte carbone », indique un communiqué de Sonatrach.

Un investissement de près de 4 mrds$

« Ce nouveau contrat sur l’actif de Berkine (…) marque une nouvelle étape dans notre partenariat stratégique avec Sonatrach. Il s’inscrit dans la stratégie de notre compagnie de développer des projets pétroliers à bas coût tout en contribuant à des programmes de réduction des émissions afin de minimiser notre empreinte carbone« , commente, dans un autre communiqué, Laurent Vivier, directeur Moyen Orient et Afrique du Nord, Exploration & Production de TotalEnergies.

D’une durée fixée à vingt-cinq ans, ce partage de production avec les compagnies étrangères opérant en Algérie est rendu possible par une modification de la loi algérienne sur les hydrocarbures promulguée en novembre 2019.

L’investissement global de ce plan de développement et d’exploitation est estimé à près de 4 mrds$ (environ 3,91 mrds€). Il assurera, à terme, « une récupération additionnelle de plus de 1 milliard de barils équivalents pétrole d’hydrocarbure, ce qui augmentera le taux moyen de récupération ultime à 55% », précise la compagnie algérienne.

Doublement des importations italiennes de gaz algérien

Dans sa recherche d’alternative face au gaz russe représentant 45% de ses approvisionnements dans ce domaine, Rome va pouvoir continuer à compter sur l’Algérie, passée en quelques mois de second à premier fournisseur de l’Italie.

En avril 2022, à la faveur d’une rencontre avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune, Mario Draghi, président du Conseil italien, avait obtenu la promesse d’un renforcement de la coopération énergétique entre les deux pays. Un nouvel accord gazier avait d’ailleurs signé à l’époque entre Eni et Sonatrach.

En 2022, l’Italie, qui importe 95% de son gaz, devait recevoir 10 milliards de mètres cubes de gaz d’Algérie, d’Azerbaïdjan et de Libye. Mais, depuis le début de l’année, les seules importations italiennes de gaz algérien ont atteint 13,9 milliards de mètres cubes, soit un doublement des livraisons prévues (+113%).

Mardi 19 juillet 2022, Mario Draghi a reçu l’assurance qu’Alger allait fournir à son pays quatre milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires. « Les accords signés aujourd’hui à Alger reflètent le large spectre de collaboration entre nos pays. L’Algérie est un partenaire très important pour l’Italie, elle est devenue le premier fournisseur de gaz de notre pays« , se félicite Mario Draghi. De retour dans la capitale algérienne lundi 18 et mardi 19 juillet 2022, il a paraphé quinze mémorandums d’entente et accords concernant la justice, les microentreprises et start-up, la coopération industrielle, le développement durable ainsi donc que l’énergie.

Dès fin février 2022 et le début du conflit en Ukraine, Alger indiquait officiellement être prête à livrer plus de gaz à l’Europe.

Selon Toufik Hakkar, « la production (de pétrole) a augmenté de 5%, les exportations de 19% en volume et de 70% en chiffre en 2021« . Le Pdg de Sonatrach prévoit d’investir 39 mrds$ (38,1 mrds€) sur la période 2022-2026 en partenariat avec des groupes étrangers pour maintenir les capacités nationales. Sur la seule année courante, le groupe algérien devrait ainsi consacrer 8 mrds$ (7,8 mrds€) à l’exploration, la production et la pétrochimie. Toufik Hakkar prépare la construction d’une nouvelle raffinerie à Hassi Messaoud et l’extension de celle de Skikda pour « satisfaire la demande locale en carburant« , précise le Pdg.

Frédéric Dubessy

cet article vous a plu ?

Donnez nous votre avis

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

Partagez vos commentaires.